Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Libraire spécialisée en histoire de l'art, j'ai voulu partager avec vous mes coups de coeur culturels : expos, livres ou encore films qui font sens dans l'actualité culturelle immédiate.

06 Mar

Arletty, l'amour envers et contre tous!

Publié par Margot  - Catégories :  #Histoire, #Cinéma

Arletty, l'amour envers et contre tous!

Cette semaine, France 2 diffusait un téléfilm de grande qualité Arletty, une passion coupable avec Laetitia Casta dans le rôle titre, Marie-Josée Croze, Ken Duken, Joséphine Draï, Marc Citti dans le rôle de Jacques Prévert...

Il s'agit de son histoire personnelle entre 1942 et 1949, pendant le tournage du film Les enfants du paradis de Carmet.

Léonie Bathiat dite Arletty fut une typique titi parisienne, une fleur des faubourgs de Courbevoie de 1900. Elle rendait hommage à ses parents auvergnats et revendiquait continuellement dans les élites son identité populaire. On peut comparer sa trajectoire sociale au parcours d'Edith Piaf, l'enfant de Belleville.

Arletty, l'amour envers et contre tous!

La scène d'ouverture de cette histoire pose le cadre social : l'élite où le champagne coule à flots malgré le rationnement des classes moyennes. La fille de Laval rend hommage à la grande personnalité incontournable de l'époque : Arletty, entourée de son amante Antoinette, une aristocrate qui mène double jeu puisqu'elle finance la Résistance.

 

C'est lors de cette soirée qu'elle rencontre un officier allemand Hans Jürgen Soehring, le protégé de Göring, dont elle tombe rapidement amoureuse sans se poser trop de questions. Elle vit avec sa camériste Marie, qui a perdu ses parents ainsi que son frère, Ciel, l'amour perdu de Léonie dès les premiers combats en 1914. Naît alors son dégoût pour la guerre et sa détermination à choisir le camp de l'amour.

 

Certes ce film est passionnant car il retrace le milieu du cinéma qui a pris de plus en plus d'importance avec le cinéma parlant : Arletty en est une grande ambassadrice d'ailleurs avec sa célèbre réplique Atmosphère devant le canal Saint Martin dans le film Hôtel du Nord en 1938. Jacques Prévert est un dialogiste et poête incontournable pendant l'Occupation.

 

On dévoile une autre facette de cette période sombre : le milieu du spectacle qui cherche son rayonnement malgré l'occupation nazie en montrant tout son savoir- faire : la mode de Paul Poiret, la culture de Sacha Guitry... Même si durant tout ce téléfilm, on ne peut s'empêcher de ressentir une gêne de cette opulence face aux graves carences alimentaires, aux destructions de logements qui touchaient la France profonde.

 

Arletty, l'amour envers et contre tous!
Arletty, l'amour envers et contre tous!

Car Arletty fut le symbôle même de la France profonde par ses origines, son argot typiquement parisien qui la rendait unique et attachante. Elle vit hors contexte, ne prenant pas conscience que ses faits et gestes auront des conséquences avec l'épuration, quand la Libération viendra.

 

J'ai beaucoup aimé le jeu sincère et intuitif de Laetitia Casta qui a réussi son pari d'évoquer l'artiste, de la comprendre sans chercher à l'imiter qui l'aurait amenée droit à une catastrophe.

Bien qu'étant bien plus jolie qu'elle, Laetitia Casta parvient avec ses lentilles noires à lui ressemblerun peu, à reflèter avec une grande justesse son ingénuité compte tenu du contexte.

 

Quatorze ans après son interprétation marquante de Léa Delmas, héroïne du bon coté de la guerre dans la Bicyclette bleue, Laetitia Casta parvient à interpréter l'Histoire dans cette scène marquante où elle est arretée par la Résistance. Certes, ce n'est pas la plus réussie du téléfilm car elle caricature beaucoup la Résistance, elle montre toute la répartie et le courage d'Arletty.

 

Contrairement à la rumeur, Arletty ne fut pas tondue mais resta de longues semaines à l'isolement. Le fait de ne pas avoir fui son pays qu'elle aimait au point de perdre son amant lui fit grâce d'une condamnation à mort mais elle fut assignée à résidence et mise à l'écart des plateaux de cinéma de longues années alors qu'elle n'avait dénoncé personne, ni fait la propagande du régime nazi dans aucun film. C'était un symbôle national, un grand défouloir moral lors de la Libération.

 

Arletty décèda en 1992, ayant perdu la vue bien des années auparavant. Elle parviendra a remonter sur scène dans les années 1960, car après quelques sifflets, l'amour de son pays sera plus fort que le ressentiment pour l'enfant de Courbevoie.

 

 

Arletty, l'amour envers et contre tous! Arletty, l'amour envers et contre tous!
Commenter cet article
D
bonjour tu as vu ce film nous l'avons trouvé très bien ainsi que le téléfilm les mal contentes sur les jeunes alsaciennes qui est passé recement bises
Répondre

À propos

Libraire spécialisée en histoire de l'art, j'ai voulu partager avec vous mes coups de coeur culturels : expos, livres ou encore films qui font sens dans l'actualité culturelle immédiate.